Vous devez installer Flash Player pour utiliser certaines fonctionnalités de ce site.

Faites-nous part de vos commentaires






Enregistrer et faire évaluer votre propre diagnostic.

Faites-nous parvenir votre diagnostic sur la capsule linguistique. Votre enregistrement nous permettra de nous familiariser avec votre vocabulaire et votre façon de voir.



Temps: 00:00
Madame Laframboise a le baby blues - Josée Laframboise, 32 ans.
Ottawa, ON

Mme Laframboise a le baby blues

Bonjour, je suis Dre Gauthier. Je travaille présentement à la clinique « Parents-enfants » et, aujourd’hui, je reçois Mme Laframboise qui a accouché il y a un mois. C’est une primipare primigeste qui a eu une grossesse sans difficulté, excepté un accouchement par césarienne. Elle a eu un arrêt de dilatation rebelle à toute thérapeutique et le bébé montrait des signes de souffrance fœtale. La césarienne s’est bien passée et le bébé va bien.

Dre Gauthier : Bonjour Madame Laframboise. Félicitations ! Comment va votre petit bébé aujourd’hui ? Mme Laframboise : Elle va bien ; cest une belle petite fille.
Dre Gauthier : Et puis elle a un mois, je crois, maintenant ?
Mme Laframboise : Un mois, oui.

Dre Gauthier : Parlez-moi de votre accouchement.
Mme Laframboise : Ben, ça n’a pas vraiment été comme j’aurais voulu, vous savez... Dre Gauthier : Oui, vous n’avez pas prévu une césarienne.

Mme Laframboise : Non, c’est sûr ! Ça allait bien au début, puis, au bout d’un moment je n’ai plus dilaté et ils ont dit que le cœur du bébé n’allait pas bien donc il fallait faire une césarienne. C’est juste que ce n’est pas comme ça que je voulais accoucher

Dre Gauthier : Qu’est-ce que vous en pensez maintenant ?
Mme Laframboise : Oh, je suis contente parce que la petite Jade va bien. Et puis cest ce quil fallait faire

pour elle, mais, quand même... J’ai un petit peu mal mon ventre.

Dre Gauthier : Est-ce que vous trouvez que la récupération est un peu difficile ?

Mme Laframboise : Oui et puis je ne dors pas très bien.

Dre Gauthier : Vous êtes retournée chez vous il y quatre semaines et puis vous êtes restée combien longtemps à lhôpital ?

Mme Laframboise : Trois jours.
Dre Gauthier : Trois jours, parfait. Et est-ce que vous trouvez que lincision guérit bien ?

Mme Laframboise : Oui, mais cest un petit peu sensible. Et puis je nose pas faire des efforts. Je suis pas mal fatiguée.

Dre Gauthier : Et puis comment la petite dort ?

Mme Laframboise : Elle ne dort pas vraiment la nuit donc moi je ne dors pas la nuit. J’ai essayé d’allaiter au début, mais ça me fatigue dallaiter alors jai décidé que cétait à mon mari de se lever pour lui donner le biberon.

Dre Gauthier : Mais est-ce que vous êtes capable de dormir la nuit ? 1

Mme Laframboise : Un petit peu... Il faut que je réveille mon mari pour quil se lève pour aller donner la bouteille.

Dre Gauthier : Est-ce que votre mari est retourné au travail ?

Mme Laframboise : Oui, il est retourné au travail.

Dre Gauthier : Comment ça va avec lui ?

Mme Laframboise : Ben, lui aussi, il est fatigué. Et puis il dit qu’il travaille alors ce n’est pas à lui de se lever pour la nourrir la nuit. Moi aussi je suis fatiguée et il faut qu’il fasse sa part.

Dre Gauthier : Comment ça va avec le couple ?
Mme Laframboise : On n’a pas beaucoup de temps pour nous et je n’ai pas vraiment le goût de faire grand-

chose parce que je suis fatiguée. Puis je ne veux pas quil me touche.

Dre Gauthier : Est-ce que vous avez des chicanes chez vous ou cest juste que tout le monde est fatigué à la maison ?

Mme Laframboise : Pas de chicane, mais je suis un peu « down » et un rien m’énerve. Je pense qu’on sétait imaginé quelque chose d’autre avec le bébé et ce n’est pas vraiment ça qui arrive.

Dre Gauthier : Oui, je comprends. Avoir un premier enfant, cest une grande adaptation. Et puis là, vous avez arrêté dallaiter complètement la petite ?

Mme Laframboise : Non, je la nourris encore un peu le jour et jalterne avec des biberons. Dre Gauthier : Et puis, lorsqu’elle dort, tu es capable de dormir ?
Mme Laframboise : Non, je ne dors pas pendant le jour.
Dre Gauthier : Et puis, quest-ce que vous faites ?

Mme Laframboise : Je reste sur le sofa et je regarde la télé.
Dre Gauthier : Comment est votre appétit ? Cest revenu à la normale ? Est-ce que vous mangez trois repas

par jour ?

Mme Laframboise : Ouais, mais je nai pas vraiment le goût de cuisiner.

Dre Gauthier : Qu’est-ce que vous mangez ?

Mme Laframboise : Des plats congelés, des pâtes. C’est mon mari qui fait les épiceries parce que je ne veux pas sortir avec la petite.

Dre Gauthier : Donc, vous n’êtes pas encore sortie avec la petite. Est-ce qu’il y a des gens qui viennent vous visiter ?

Mme Laframboise : Tout le monde est pas mal occupé avec le travail. Ils sont venus au début pour voir le bébé. Mais je n’ai pas vu grand monde depuis...

Dre Gauthier : Et du coup, vous restez vraiment toute seule avec la petite à la maison ? Est-ce que vous lavez amenée aujourdhui au bureau ?

Mme Laframboise : Non, je l’ai fait garder par ma mère. Dre Gauthier : Alors, vous avez quelqu’un pour la garder ?

Mme Laframboise : Oui, mais ma mère, cest une jeune retraitée. Donc elle fait beaucoup d’activités. Et pour la faire garder, il faut prendre rendez-vous !

Dre Gauthier : Je comprends ! Est-ce que vous vous sentez correct de la faire garder par quelquun dautre ?

Mme Laframboise : Oui, ça va.

Dre Gauthier : Vous ne sentez pas de stress envers ça ?

Mme Laframboise : Non, non.

Dre Gauthier : D’accord. Revenons un peu sur les suites de votre césarienne. Est-ce que vous urinez bien ? Est-ce que ça fait mal ?

Mme Laframboise : Non.
Dre Gauthier : Est-ce que les selles sont revenues à la normale aussi ? Mme Laframboise : Oui. Je suis un petit peu constipée de nature.
Dre Gauthier : Est-ce que cest très douloureux ?
Mme Laframboise : Non, non.
Dre Gauthier : Est-ce que vous buvez-vous beaucoup deau ?
Mme Laframboise : Oui, je bois beaucoup.

Dre Gauthier : Donc, si ça devient douloureux, vous pouvez toujours ajouter un laxatif léger. On veut surtout éviter la formation des hémorroïdes. Ça ne serait pas idéal. Quant à vos saignements vaginaux, est-ce qu’ils sont normaux ? Est-ce qu’ils sont arrêtés ?

Mme Laframboise : Ils ont arrêté pas mal vite.

Dre Gauthier : Et vous n’avez pas eu de menstruation depuis ?

Mme Laframboise : Non.

Dre Gauthier : Est-ce que vous avez observé des décharges vaginales qui sentent mauvais ?

Mme Laframboise : Non.

Dre Gauthier : Et puis, en termes de votre mobilité, est-ce que vous trouvez que vous bougez assez bien ?

Mme Laframboise : J’évite de trop bouger. Je ne porte pas les sacs d’épicerie, mais je porte le bébé. Je ne veux pas porter la coquille alors je reste à la maison.

Dre Gauthier : Justement, 4 à 6 semaines après la césarienne, on demande à nos patientes de ne pas trop lever des choses lourdes. Donc, c’est très bien ce que vous faites.

 

Mme Laframboise : Et puis jhabite à létage. Donc c’est beaucoup de complications, d’avoir à porter le bébé.

Dre Gauthier : Est-ce que vous pensez que votre niveau dénergie est vraiment plus bas que ce que vous avez imaginé ?

Mme Laframboise : Oui, je trouve que j’ai la mine basse... (regard vers le bas)

Dre Gauthier : Oui, vous n’êtes vraiment pas très énergétique. Quand vous allez vous coucher, vous êtes capable de vous endormir ? Est-ce que c’est surtout la petite qui vous garde éveillée ou est-ce que vous avez du trouble à tomber endormie ?

Mme Laframboise : Non, je suis capable de m’endormir, mais, souvent, cest la petite qui me réveille, même si c’est mon mari qui s’en occupe.

Dre Gauthier : Au moins, c’est rassurant. Ce n’est pas le fun de ne pas pouvoir s’endormir toute seule. Et puis, est-ce que vous êtes intéressée dans les soins de jade ? Est-ce que vous prenez soin d’elle ? Est-ce que vous êtes intéressée par ses petits sourires ?

Mme Laframboise : Ben, cest un petit bébé. Elle ne fait pas grand-chose : elle mange, elle dort, mais je m’occupe elle quand même.

Dre Gauthier : Et puis, est-ce que vous sentez que soccuper dun bébé, cest ce que vous attendiez ou bien cest différent ?

Mme Laframboise : Un petit peu différent parce que vous savez, moi, je suis couturière puis je me disais que j’aurais du plaisir à l’habiller. Mais, finalement, elle porte juste des couches et puis des camisoles. Au début, j’aimais ça, mais finalement, ce n’est pas une poupée !

Dre Gauthier : En plus, les enfants n’aiment pas se faire changer trop souvent ! Et puis, au niveau concentration, est-ce que vous avez trouvé que vous êtes capable d’avoir une conversation ou bien regarder une émission complète à la télévision ? Au complet ?

Mme Laframboise : Je ne sais pas. Je regarde pas mal nimporte quoi à la télé.
Dre Gauthier : Au niveau du travail, vous avez dit que vous êtes couturière. Est-ce que vous avez planifié

un arrêt de travail ?

Mme Laframboise : J’ai une petite boutique de couture sur St-Joseph et jai trouvé quelquun pour me remplacer. Il va falloir que je retourne au travail bientôt parce que je n’ai plus de revenu.

Dre Gauthier : Et est-ce que vous avez prévu de retourner bientôt ?
Mme Laframboise : Bah, je métais dit au bout de 4 semaines.
Dre Gauthier : Et qui va soccuper de la petite ?
Mme Laframboise : On a réservé une place à la garderie à côté.
Dre Gauthier : Donc, ça sétait planifié davance et vous allez retourner bientôt.
Mme Laframboise : Je ne sais pas encore. Je pensais retourner un peu en emmenant Jade.

Dre Gauthier : Mais, quest-ce qui vous empêche de faire votre plan initial ?
Mme Laframboise : Oh, jai peur de ne pas être capable. Je suis tellement fatiguée que je ne sais pas

comment je vais pouvoir faire mon travail, moccuper de la boutique, du bébé.
Dre Gauthier : Est-ce que votre conjoint est capable de soutenir vos besoins, du côté financier ?

Mme Laframboise : Oui, il a un revenu fixe. Il travaille à la maintenance à la ville. Mais je minquiète pour la boutique parce que, vous savez, quand on a une boutique, si on n’est pas là, ça ne marche pas !

Dre Gauthier : Est-ce que vous avez hâte d’y retourner ou est-ce que vous voyez ça comme une montagne ?

Mme Laframboise : Ouais, plutôt comme une montagne.

Dre Gauthier : Madame Laframboise, parfois on sinquiète pour les personnes qui sont très tristes, très fatiguées et on voudrait savoir si vous avez déjà pensé à prendre votre vie, à arrêter votre vie ? Est-ce que ça vous est déjà arrivé d’y penser ?

Mme Laframboise : Ah non ! Non, quand même pas, j’ai une petite fille...

Dre Gauthier : Non, non. Je comprends, mais on pose surtout la question pour des fins de prévention. Parfait. Et puis, est-ce que, parfois, vous avez limpression que votre fille pleure tellement que vous n’êtes plus capable de la supporter ou d’en prendre soin ?

Mme Laframboise : Oui, ça arrive, surtout à la fin de la journée. Alors, je la donne à mon mari. Moi, je fais à manger. Lui, il s’assoit et puis il regarde la télé avec elle parce qu’il est fatigué.

Dre Gauthier : Et puis, est-ce que vous voulez le meilleur pour Jade ? Vous ne voulez pas lui causer du tort ? Mme Laframboise : Oh, c’est sûr ! Je veux le mieux pour elle.

Dre Gauthier : Et puis, est-ce que, parfois, vous avez limpression que vous bougez au ralenti ou au contraire très agité ?

Mme Laframboise : Je ne sais pas. Je nai pas essayé de coudre encore. Normalement, je suis bonne couturière, mais là, je ne sais pas.

Dre Gauthier : OK, madame Laframboise ! On va regarder votre incision pour être sûr que tout va bien et qu’il n’y a pas dinfection. Alors, vous pouvez passer à côté, ici, pour faire lexamen physique.

Dre Gauthier : Madame Laframboise, la bonne nouvelle, cest que votre récupération va très bien ! L’incision guérit bien, il n’y a pas de signe d’infection donc je ne suis plus inquiète pour des complications ou même une infection. Donc, tout va bien de ce côté-là. Vous pouvez recommencer un niveau dactivité normal : vous pouvez lever des choses ou aller prendre une marche. Donc, de ce côté-là, c’est normal. Mais si jamais vous sentez un étirement ou une sensibilité, çà c’est normal parce que la chirurgie est quand même une chirurgie importante. Mais autrement, je ne suis plus inquiète pour l’incision.

Une chose quon devrait parler un peu plus, cest la contraception. Est-ce que vous avez pensé à la contraception ?

Mme Laframboise : Je n’ai vraiment aucun désir davoir des relations présentement.

Dre Gauthier : Non, je comprends. C’est juste que c’est important d’en parler parce que si vous avez des relations, vous pouvez tomber enceinte, même si vous continuez d’allaiter. Donc, on peut en parler davantage à un autre rendez-vous. Il faut le garder en tête pour les prochaines semaines. Et, sur ce, j’aimerais vous voir dans deux semaines parce que je suis franchement inquiète un peu pour vous. Je trouve que vous êtes très fatiguée. Vous avez un niveau dénergie un peu plus bas. Donc, je pense que des suivis réguliers pourraient vous aider, vous remettre sur le bon pied. Je veux juste vous offrir mon support de ce côté-là.

Mme Laframboise : Est-ce que cest le « baby blues »?

Dre Gauthier : Oui, c’est très possible. D’habitude, les symptômes des « baby blues » vont disparaître au bout d’un mois ou s’améliorer. Pour vous, je pense que vos symptômes sont un petit peu plus sévères. Donc, ça serait bien pour vous de voir notre psychologue périnatale, juste pour vous donner du support, des conseils, des choses comme ça et puis pour voir s’il s’agit vraiment d’une dépression du post-partum. Es-ce que c’est quelque chose qui vous intéresserait ?

Vous avez eu une déception avec laccouchement, vos attentes par rapport aux soins du bébé ne sont pas ce que vous pensiez, la relation de couple n’est pas très amusante... Alors une rencontre avec une bonne psychologue qui est disponible pour nos femmes post-partum pourrait aider à voir si cest vraiment une dépression post-partum ou si c’est juste un « baby blues » qui commence à se régler. Est-ce que vous seriez daccord ou ce nest pas quelque chose qui vous intéresse ?

Mme Laframboise : Ce n’est pas vraiment ça qui m’inquiétait, mais c’est sûr que je me sens un peu différente. Ce n’est pas à ça que je m’attendais.

Dre Gauthier : Je comprends et, parfois, nos attentes ne reflètent pas la réalité de la chose... J’en suis consciente.

Mme Laframboise : Si c’est une dépression, est-ce qu’il faut que je prenne des médicaments ?

Dre Gauthier : C’est possible, en effet. C’est un de nos traitements à court terme qu’on pourrait vous offrir aussi. Mais ça serait bien de commencer avec la psychologue pour voir si la psychothérapie peut vous aider. Et, d’ici dans deux semaines, s’il n’y a aucune amélioration, on pourrait envisager un traitement avec les médicaments. Mais d’ici deux semaines, si vous pouviez amener Jade au bureau, ce serait excellent. J’aimerais voir la petite et vous voir aussi, si c’est correct avec vous bien sûr.

Mme Laframboise : Merci docteure. Ça m’a fait du bien de vous parler. Je vais suivre vos conseils et puis j’amènerai Jade la prochaine fois. Je vais lui mettre la petite robe que je lui ai faite !

Scénario : Dre Émilie Walker et Dre Isabelle Burnier
Actrices : Dre Gauthier : Eleni Levraut | Mme Laframboise : Élise Gauthier Montage : Multimédia